Sélectionner une page

Pendant ses huit saisons au LOSC, Grégory Tafforeau a marqué les supporters par son professionnalisme, sa rigueur et ses montées tranchantes sur son côté gauche. Une aventure qui s’est conclue après avoir été mis à l’écart par Rudi Garcia du jour au lendemain. Au cours de cette interview, l’ex-arrière latéral se livre sur ses derniers jours douloureux au LOSC mais aussi sur ses saisons où il a connu de grands succès : l’élimination de Parme et son but contre l’Olympiakos en C1 en 2001, la victoire contre Manchester United en 2005 au Stade de France ou le succès historique sur la pelouse du Milan AC en 2006. L’actuel entraîneur d’Hellemmes revient également sur ses jeunes années de footballeur en Normandie. Là où il a conclut sa magnifique carrière.

 

 

Gregory Tafforeau, que deviens-tu depuis la fin de ta carrière de joueur de football professionnel en 2011 ?
Je suis revenu dans le Nord où j’ai fait construire. J’ai d’abord eu une société d’équipements sportifs. J’en suis sorti récemment pour me lancer dans le projet d’un nouveau restaurant qui ouvrira bientôt à Lille. A part ça, je suis toujours dans le milieu du foot. J’ai bossé quatre ans avec les U17 d’Hellemmes et du FC Bondues, deux clubs de la périphérie lilloise. Je suis revenu à Hellemmes pour entraîner l’équipe première. Le club est en district. Nous avons un projet sur trois ans pour restructurer un peu le club et repartir sur des nouvelles bases.

 

 

Est-ce que le métier de coach te plaît ?
Ah ouais, ça me branche bien. Pourquoi pas entraîner un jour au plus haut niveau mais je vais y aller par étapes. C’est intéressant de passer de l’autre côté, j’ai désormais une autre vision du football. Je comprends certaines choses maintenant notamment au niveau du management. Un groupe, ce n’est pas que le terrain, loin de là. Il ne faut surtout pas négliger les relations humaines. Je m’inspire beaucoup de certains coachs que j’ai côtoyés. Surtout Claude Puel.

 

 

Revenons à tes débuts Grégory. Quels sont tes souvenirs de footballeur quand tu habitais dans l’agglomération rouennaise ?
J’ai été formé au FC Rouen, un club très familial. Je me souviens d’une super école de foot avec plein de très, très bons jeunes. On rivalisait avec Le Havre, qui était le club phare de la région en termes de formation. Puis j’ai été à Clairefontaine en alternance. A l’époque, je jouais milieu de terrain. On dit souvent que ce sont les meilleures années pour un footballeur et pour moi cette période fait partie de mes meilleurs souvenirs.

 

 

Comment le Stade Malherbe Caen t’a recruté ?
Caen était intéressé mais j’avais également d’autres pistes. Après, quand tu sors de Clairefontaine, c’est rare de ne pas retomber sur quelque chose d’intéressant. Le FC Rouen a déposé le bilan en 1995. Le directeur du centre de formation, Nasser Larguet, est parti à Caen. Il m’a emmené avec lui. Je suis arrivé à Caen à 18 ans. J’ai fini ma formation au Stade Malherbe : trois années en tant que stagiaire et derrière un premier contrat pro.

 

« Par principe, je serais resté à Caen en 2001 si le club était descendu en National »

 

Pascal Théault a été très important pour toi car c’est lui qui t’a lancé en Ligue 2 en 1998. Quels souvenirs gardes-tu de ce coach qui a également d’excellentes qualités de formateur ?
Je garde le souvenir d’un homme passionné. Il y en a beaucoup qui pensent à autre chose dès qu’ils sortent du stade, mais lui le foot c’est sa vie. Il a réussi à créer une belle ambiance dans le club mais également dans le groupe pro. Nous étions une bande de copains sur le terrain. J’ai eu la chance qu’il passe de la formation à entraîneur de l’équipe première. Il a fait monter plein de jeunes qu’il avait en formation comme Jérôme Rothen, Johan Gallon ou moi. Rapidement, il a compté sur nous en nous intégrant dans son équipe-type.

 

 

Au début des années 2000, Caen avait une équipe composée de plein de jeunes talentueux comme Bernard Mendy, Johan Gallon, Jérôme Rothen ou Anthony Deroin. Pourquoi Caen n’a pas réussi à monter en L1 avec une telle équipe ?
Nous étions une équipe jeune et peut-être qu’avec plus de joueurs expérimentés, Caen aurait pu monter en Ligue 1 à l’époque. Tous les joueurs que tu viens de citer auraient mérité de réaliser une carrière encore plus belle quand tu voyais les qualités qu’ils avaient.

 

 

A l’été 2000, Jérôme Rothen et Bernard Mendy sont respectivement partis à Troyes et au PSG. Pourquoi es-tu resté à Caen à l’époque alors que tu étais déjà ciblé par plusieurs clubs de Ligue 1 ?
Lille me suivait déjà à l’époque mais il n’y a rien eu de concret. Caen avait déjà vendu Jérôme Rothen et Bernard Mendy, j’ai donc décidé de rester. Je n’étais pas prêt à partir surtout que Lille avait l’habitude de suivre ses recrues pendant deux ans. J’ai vécu une saison 2000/01 compliquée. C’était le début d’un nouveau cycle avec un nouveau coach (ndlr : Jean-Louis Gasset). Nous nous sommes maintenus en L2 lors de l’avant-dernière journée. La saison a été pesante. Puis quand on est jeune, on est moins prêt à encaisser les critiques. Par principe, je serais resté à Caen si le club était descendu en National.

 

Comment le LOSC est revenu vers toi à l’été 2001 ?
Tout au long de la saison, il y avait des recruteurs qui me supervisaient régulièrement. Généralement au mois de mars, on parle soit de prolongation de contrat ou de départ. C’est à ce moment-là que j’ai compris que j’allais partir. Je me sentais prêt à jouer au LOSC, ce club qui commençait à grandir. En plus, le club était qualifié pour le Tour Préliminaire de la Ligue des Champions et cet élément a fait pencher la balance en faveur du LOSC. Puis à Lille, j’ai trouvé un club familial. Il y avait beaucoup de similitudes avec Caen de ce point de vue-là.

 

 

« On avait une pression énorme sur chaque entraînement avec Vahid Halilhodzic. La saison est passée très vite car nous étions tellement enfermés dans le travail. Je n’ai pas beaucoup vu ma famille pendant cette période »

 

 

Que retiens-tu de ton premier rendez-vous avec Vahid Halilhodzic ?
Il n’y a pas eu forcément de mots. Je ne me rappelle pas d’une discussion bien précise. Vahid ne parlait pas beaucoup, il voulait vraiment passer son temps sur le terrain. Dès mes premiers entraînements, j’ai senti la grande rigueur. On avait une pression énorme sur chaque entraînement. La saison est passée très vite car nous étions tellement enfermés dans le travail. Je n’ai pas beaucoup vu ma famille pendant cette période. Avec Vahid, nous étions tous logés à la même enseigne que ce soit les nouveaux, les jeunes ou les plus vieux. Vahid a beaucoup de charisme, il t’impressionne quand il est en face de toi. D’ailleurs, il en joue beaucoup.

 

En tant que « nouveau joueur de L1 », est-ce que ça n’a pas été trop dur pour toi de te mettre au niveau d’un club qualifié pour le Tour Préliminaire de la Ligue des Champions ?
Je n’ai même pas eu le temps de cogiter. J’arrivais de L2 après une saison très, très compliquée. J’étais prêt à me lancer dans le travail. Il valait mieux prendre le wagon en route. J’ai appris que j’allais démarrer le match Parme-Lille une heure avant le coup d’envoi. Pendant ce match, j’ai été hyper concentré, j’ai joué simple et défendu sobrement. Je n’ai pas été mis en difficulté. Pourtant en face il y avait Fabio Cannavaro, Roberto Sensini, Martin Djetou, Hidetoshi Nakata, des joueurs impressionnants. Pour moi, la clé de la réussite était le collectif. Nous étions les uns aux services des autres. A l’époque, nos adversaires savaient qu’ils allaient galérer avant de nous affronter. On ne marquait pas beaucoup de buts mais on en prenait surtout très peu.

 

 

Tu as ensuite marqué lors de la phase de groupes de Ligue des Champions face à l’Olympiakos (3-1)
J’étais sur mon petit nuage. Je suis rentré à 20 minutes de la fin. Dagui Bakari effectue un long centre au deuxième poteau. Je vois le gardien qui sort mais j’y vais quand même. Il relâche le ballon, j’ai le réflexe de me remettre le ballon dans la course et de marquer derrière. J’ai tout de suite regardé l’arbitre de touche pour voir s’il n’avait pas levé son drapeau. Puis ç’a été la délivrance surtout que c’était le troisième but, synonyme de victoire face à l’Olympiakos. Ç’a été une période intense pour moi car le match d’après, j’ai marqué à domicile contre Metz (2-0).

 

 

Parmi tous les joueurs que tu as côtoyés au LOSC, qui t’a le plus marqué ?
Il y en a trois. Tout d’abord Eric Abidal. J’ai été impressionné par l’écart de niveau qu’il y avait entre lui et les autres membres du groupe. Il était largement au dessus physiquement. Pourtant il ne jouait pas beaucoup auparavant à Monaco. Il y a également Milenko Acimovic. C’était la classe. En dehors du terrain, je me souviens de sa gentillesse et de sa simplicité. Il y a aussi Kader Keita.

 

 

« La génération des Bodmer, Keita, Odemwingie, Cabaye, Debuchy, Dernis, Chalmé n’a pas eu la reconnaissance qu’elle méritait. J’ai vu des joueurs qui m’ont marqué à vie comme Kader Keita. C’était énorme ce qu’il faisait sur le plan technique »

 

 

A l’époque, Lille jouait au Stadium Nord de Villeneuve d’Ascq. Quels souvenirs gardes-tu de ce stade à l’ancienne ?
Je me souviens qu’il y avait des enceintes en haut des tribunes pour mettre un peu plus d’ambiance. Mais ce qui m’a marqué dans ce stade, c’est surtout la pelouse. Je pense qu’on avait la meilleure pelouse du championnat à l’époque. Puis au Stadium, nous avons vécu que des belles saisons, nous étions durs à battre à domicile. C’est grâce à notre génération s’il y a le grand stade à Lille aujourd’hui. Nous avons posé les fondations. Les années Vahid ont été le début de cette nouvelle ère. Il a repris le club quand il était avant-dernier de Ligue 2 (ndlr : en septembre 1998).

 

Tu évoques Vahid Halilhodzic mais Lille a également été coaché par Claude Puel au milieu des années 2000. Que retiens-tu de son passage au LOSC ?
Comme Vahid, il ne parlait pas beaucoup. Il était aussi très rigoureux et enfermé dans le travail. Il arrivait très tôt au stade et repartait très tard le soir. Quand il rentrait chez lui, il continuait de travailler. Par ailleurs, c’est lui qui m’a nommé capitaine en 2004.

 

 

Durant les années Claude Puel à Lille, il y avait une belle qualité de jeu…
La génération des Mathieu Bodmer, Kader Keita, Peter Odemwingie, Yohan Cabaye, Mathieu Debuchy, Geoffrey Dernis, Mathieu Chalmé était extraordinaire. En plus tous ces joueurs s’entendaient super bien. Nous étions très compliqués à jouer. Chaque saison, on arrivait à titiller le grand Lyon jusqu’au mois de mars. Cette génération n’a pas eu la reconnaissance qu’elle méritait. J’ai vu des joueurs qui m’ont marqué à vie comme Kader Keita. C’était énorme ce qu’il faisait sur le plan technique.

 

 

Cette génération a deux faits d’armes : la victoire face à Manchester United (1-0) en phase de groupes de Ligue des Champions en 2005 au Stade de France et le succès sur la pelouse du Milan AC en 2006 (2-0)…
Le succès contre Manchester United au Stade de France est le plus beau souvenir de ma carrière. Beaucoup de gens disaient que le stade allait être vide. Mais en fait tout le monde s’est pris au jeu et Lille a rempli le Stade de France. Il y avait une ferveur de fou. Le tout petit avait renversé un poids lourd européen. J’ai été fier d’avoir rivalisé mais aussi d’avoir offert la passe décisive à Milenko Acimovic. Quant à la victoire à San Siro, Lille n’a pas été trop mis en danger ce soir-là. Le LOSC n’avait jamais connu un huitième de finale de Ligue des Champions avant 2006/07. C’était une grande fierté. Même encore aujourd’hui. Les mauvaises langues diront que les meilleurs joueurs du Milan AC n’ont pas joué mais il y avait quand même Andrea Pirlo, Clarence Seedorf, Pippo Inzaghi ou Kaka ce soir-là sur le terrain.

 

 

« Même encore aujourd’hui quand je repense au coup-franc de Ryan Giggs, j’ai le sentiment de m’être fait voler »

 

 

Cette aventure européenne s’est achevée face à Manchester United (0-1 / 0-1) au tour suivant suite à un gros malentendu sur le coup-franc de Ryan Giggs au match aller…
Même aujourd’hui, j’ai le sentiment de m’être fait voler. A Lille, les gens parlent encore beaucoup de ce match. On savait que notre chance de se qualifier se jouait surtout lors de ce match aller à Lens. Je me souviens qu’on avait dominé Manchester United. En plus, l’arbitre nous avait refusé un but valable. Puis derrière, on se fait clairement arnaquer sur un fait de jeu. On méritait de gagner ce match aller. Finalement on perd 1-0 et ça change tout à la fin.

 

 

Parmi tous les grands joueurs que tu as affrontés en Ligue des Champions, qui t’a le plus mis en danger ?
Cristiano Ronaldo m’avait impressionné physiquement mais c’est Juan Roman Riquelme qui m’a fait la meilleure impression. Techniquement, il avait une telle facilité. J’ai été très marqué par son élégance. Tu avais l’impression qu’il jouait en marchant mais il faisait tout quand il jouait à Villarreal.

 


A la fin de ton passage à Lille, tu as connu Rudi Garcia (ndlr : de 2008 à 2009). Quelles relations entretenais-tu avec lui ?
Au début, Rudi Garcia m’avait plutôt fait une bonne impression. A la différence de Claude Puel, il donnait l’impression d’être proche des joueurs. Mais j’ai vite senti que j’allais vivre des choses compliquées avec lui. Après il m’a quand même félicité à la fin devant tout le groupe pour être resté professionnel jusqu’au bout. Mais j’attendais plus de respect par rapport à ce que j’avais fait au club. Quand je parle de respect, ce n’est pas jouer ou ne pas jouer, c’est juste qu’il fallait dire les choses. J’aurais mérité une autre fin à Lille. J’ai joué mon dernier match (ndlr : Lille-Nice, 36eme journée de Ligue 1, 17 mai 2009) sans savoir que c’était le dernier. Au final, j’ai été viré comme un chien.

 

 

Comment ça s’est passé exactement ?
Il me restait une année de contrat. Le jour de la reprise arrive à l’été 2009 et là on m’interdit l’accès au vestiaire des professionnels avec deux de mes partenaires, Grégory Malicki et Pascal Plancque. On m’a dit : « non toi, le vestiaire c’est celui de la CFA ». Je savais que je n’allais pas pouvoir honorer ma dernière année de contrat car les relations étaient inexistantes. Moi, j’attendais plus de franchise et d’être tenu au courant en amont par les décideurs de Lille. J’ai résilié mon contrat au bout de trois jours. Il m’a appelé 30 secondes après que j’ai quitté le bureau. Après, je ne me suis jamais permis de cracher sur l’entraîneur. Rudi Garcia est un très, très bon coach. Par contre, il a négligé le côté humain. Ce n’est pas une façon de faire.

 

 

« J’ai eu l’occasion de lire la biographie de Rudi Garcia dans laquelle il me réserve un passage. Il a dit que j’allais taper tous les jours à la porte de Xavier Thuilot (l’ex-directeur général du LOSC) pour demander sa mise à l’écart. Cela m’a fait plus que rire. Je n’accepte pas qu’on raconte ça. J’ai été plus que professionnel à Lille. Lui-même me l’a dit »

 

 

Surtout que tu étais un cadre du vestiaire de Lille à l’époque…
On n’a même pas expliqué au groupe professionnel que des joueurs avaient été mis à l’écart. Le loft de Bielsa a existé quelques années avant avec Rudi Garcia sauf que nous étions moins nombreux. J’ai eu l’occasion de lire sa biographie (ndlr : « Tous les chemins mènent à Rome » aux éditions Hugo Sport) dans laquelle il me réserve un passage. Il a dit que j’allais taper tous les jours à la porte de Xavier Thuilot (ex-directeur général du LOSC) pour demander sa mise à l’écart. Cela m’a fait plus que rire. Je n’accepte pas qu’on raconte ça. J’ai été plus que professionnel à Lille. Lui-même me l’a dit. Au final, j’ai vécu une grosse déception car je suis encore aujourd’hui très attaché au LOSC. Ça m’a fait mal.

 

 

Pourquoi as-tu choisi de revenir à Caen en 2009 ?
Quand Franck Dumas a appris que j’étais libre, il a sauté sur l’occasion. Moi, je ne voulais pas rester dans cette situation trop longtemps. Pour moi, c’était une belle histoire de revenir dans mon club formateur. Lors de cette première saison à Caen, nous avons été champions de Ligue 2. Caen était premier dès la cinquième journée et n’a jamais quitté la tête du classement. Cette saison a été très réussie et très aboutie.

 

Quels souvenirs gardes-tu de ta dernière saison en Ligue 1 avec Caen ?
La fin n’est pas un bon souvenir puisque j’ai arrêté suite à une hernie discale. Ç’a été une saison difficile sur le plan physique. J’ai aussi dû digérer la fin de mon histoire à Lille. Je pense que cela a généré beaucoup de problèmes physiques et notamment des blessures musculaires que je n’avais jamais eues en 15 ans de carrière.

 

 

Enfin, souhaites-tu ajouter quelque chose ?
C’était un plaisir de reparler de mes années de footballeur et notamment de mes années de formation avec Pascal Théault.

 

 

Propos recueillis par Clément Lemaître

 

 

Toi aussi tu es fan du LOSC ? Découvre cette belle interview de Johnny Ecker

 

 

Tu veux t’acheter un maillot de foot ? Commande le sur Unisport, partenaire de Foot d’Avant