Arsenal 2-0 Luton : Smith Rowe se démarque alors qu'Arteta tourne

Rapport de matchNotes des joueursRéaction d'ArtetaVidéo

Arsenal est de retour en tête de la Premier League (temporairement en tout cas), après une victoire 2-0 contre Luton hier soir.

La question de savoir si Mikel Arteta ferait tourner son équipe a été résolue une heure avant le coup d'envoi, où la composition a montré cinq changements par rapport à l'équipe qui a joué contre Man City. Jakub Kiwior, Declan Rice, Jorginho, Bukayo Saka (pas du tout dans l'équipe) et Gabriel Jesus sont sortis ; sont venus Oleksandr Zinchenko, Thomas Partey, Emile Smith Rowe, Reiss Nelson et Leandro Trossard.

Cela en soi expliquerait en partie pourquoi l’équipe était un peu plus décousue que d’habitude. Arteta parle beaucoup de relations sur le terrain, ainsi que de combinaisons dans des espaces restreints qui peuvent faire la différence, et vous avez pu voir comment ces changements ont eu un impact à cet égard.

Nous avons eu beaucoup de ballon et quelques moments menaçants sans trop de soucis pour le gardien de Luton. Puis, à la 24ème minute, Smith Rowe récupère bien le ballon au milieu de terrain, il nourrit Martin Odegaard qui le donne à Kai Havertz. L'Allemand a rendu le ballon au capitaine dont le premier tir depuis l'intérieur de la surface avec l'extérieur de son pied gauche a été une finition aussi douce que vous le verrez. Il s'est niché dans le coin inférieur pour porter le score à 1-0.

Odegaard a failli obtenir une passe décisive à son actif, jouant intelligemment Smith Rowe, mais le gardien a réalisé un bon arrêt pour le refuser. Ben White s'est amusé avec un joli virage au milieu de terrain, Havertz a réussi un tir cadré, mais c'est Smith Rowe qui a encore eu un impact juste avant la pause. Il a fait une course intelligente dans l'espace derrière la défense de Luton, Trossard l'a bien trouvé avec une bonne passe, et le numéro 10 l'a repris, a fait péter le ballon dans le « couloir de l'incertitude », qui a vu Daiki Hashioka transformer le ballon en le sien. net pour 2-0.

Je dois admettre avec plaisir ce matin que je n'ai pas du tout aimé la seconde mi-temps – et cela n'avait rien à voir avec l'angle de caméra ennuyeux sur TNT Sport. C'est peut-être juste moi, car je comprends que c'était une équipe changée mais aussi qui a beaucoup donné dimanche contre Man City. Je sais aussi que nous n'étions pas très menacés, mais Luton a bien joué et a vraiment réussi, comme on peut s'y attendre. C'est juste que tout au long de la deuxième période, je n'ai pas pu me débarrasser des souvenirs de certains des précédents matchs 2-0 auxquels nous avons participé, où nous ne semblions pas en danger, puis l'opposition a marqué un but à la 83e minute sur un score nul, et puis nous devons endurer 10 dernières minutes angoissantes.

Comme je l'ai dit, cela pourrait bien être juste mon problème, et je ne m'attends pas à ce que nous gagnions chaque match par une poignée ou quelque chose comme ça, mais cela m'a harcelé tout au long. Certains pourraient dire que nous avons fait du bon travail professionnel, et je pense que c'est probablement juste. Luton a eu quelques moments ici et là, que nous avons bien résistés et défendus solidement quand il le fallait, mais je pensais que nous étions juste un peu passifs dans cette seconde période. Ce qui, dans la froide lumière du jour, peut sembler un peu grossier étant donné que nous avons gagné et gardé notre cage inviolée, mais j'aurais juste aimé voir un peu plus de contrôle par moments.

Cela dit, au-delà des trois points indispensables, l'entraîneur a réussi à donner des minutes à certains joueurs qui n'ont pas beaucoup joué ces derniers temps. Leurs fortunes ont été mitigées ce soir-là, quelques-unes étaient assez bien rangées, mais Smith Rowe a été celui qui s'est vraiment démarqué par son implication dans les deux buts, et a failli figurer à nouveau sur la feuille de match. À son sujet, Arteta a déclaré :

Je pense beaucoup. Je l'aime en tant que joueur. C'est une joie de le regarder, comment il bouge, comment il change de direction, à quel point il était physique aujourd'hui aussi sans le ballon. Il a gagné beaucoup de duels et il pensait avec cet instinct de tueur à jouer vers l'avant et à faire bouger les choses et quand Emile est dans ce moment-là, c'est très difficile de l'arrêter. Aujourd'hui, il nous a beaucoup aidé pour gagner le match.

Et en apportant des changements, il a poursuivi :

Je pense que c'était le bon moment pour le faire et ils ont très bien répondu. Je suis tellement content de ça parce que je pense que nous avons encore gagné, surtout avec quelques joueurs en bonne confiance, physiquement avec le rythme en ce moment et ils vont être vraiment importants pour nous.

Comme je l'ai dit sur le blog d'hier, je pense qu'une rotation au début et une victoire dans la partie étaient le scénario qui présentait le plus d'avantages. Nous n'avions pas besoin de remplaçants pour sauver le jeu, nous avions juste besoin d'eux pour garder ce que nous avions, et j'espère que cela renforcera la confiance des personnes impliquées, tout en étant physiquement bénéfique. Et même s'il y aura beaucoup d'attention et de débats sur les joueurs qui sont arrivés, je pense qu'il est important de saluer les gars comme Odegaard, Saliba, White et Gabriel qui ont encore fait le 90 complet et qui sont un élément si important. pourquoi cette équipe est là où elle est. Leur constance, tant au niveau des performances que des efforts, est extrêmement impressionnante.

Ce n’est donc pas du tout un classique, mais nous avons fait ce que nous devions faire. Un match en moins à jouer, mais avec trois points de plus à notre actif. L’attention se tourne désormais vers samedi soir et ce qui sera un voyage délicat à Brighton.

Rejoignez-nous un peu plus tard pour un Arsecast d'après-match, le calendrier est un peu fou en ce moment, nous le publierons donc pour vous aujourd'hui – et demain pour les membres Patreon, nous aurons un épisode de The 30 (Premier League résumé) et un module d'aperçu pour le match de Brighton.

Pour l’instant, passez-en un bon.