Porto 1-0 Arsenal : 35 secondes ont coûté un match nul aux Gunners

Rapport de matchNotes des joueursRéaction d’Arteta

Dans une soirée où un 0-0 assez terne semblait être un résultat raisonnable basé sur les niveaux de performance, Arsenal a payé le prix de 35 secondes d’insouciance à la fin pour s’incliner 1-0 face à un but de Wenderson Galeno dans le temps additionnel.

Il y avait très peu de raisons de s’enthousiasmer sur la façon dont nous avons joué, mais ce but n’aurait tout simplement pas dû arriver – surtout à ce stade du match. Hier soir, nous avons rappelé à quel point le défi est différent lorsque vous obtenez les huitièmes de finale de la Ligue des champions, quelque chose que nous aborderons plus en détail dans un instant, mais une grande partie est la gestion du match. « Si vous ne pouvez pas gagner, ne perdez pas » semble un peu banal ou évident, mais il était tout à fait entre nos mains de revenir à Londres avec un match nul. Au lieu de cela, nous avons été juste un peu naïfs, juste un peu négligents, et avons été punis au maximum.

Ce n’était pas comme une erreur flagrante massive, nous sommes juste restés décousus pendant quelques secondes. Tout d’abord, Gabriel a touché lourdement une passe de routine de Saliba, s’est fait attraper le ballon et est revenu vers David Raya. Son dégagement n’était pas terrible, mais il n’était pas bon non plus, permettant à Porto de reprendre la possession dans notre moitié de terrain. Puis Declan Rice a intercepté mais a légèrement perdu pied. Dans sa tentative de le reconquérir, il a renvoyé le ballon à Porto. À son honneur, il met le pied dedans, le ballon va à Gabriel Martinelli qui, essayant d’être positif je suppose, cherche à le faire passer à travers le terrain là où se trouvent Martin Odegaard, Kai Havertz et Bukayo Saka.

Il doit soit trouver Odegaard, soit frapper avec suffisamment de puissance pour potentiellement envoyer Saka derrière. Il ne fait ni l’un ni l’autre et Porto reprend la possession. Ils jouent en avant vers Galeno, Rice est trop profonde et ne réagit pas assez bien au danger, et à partir de là, la finition pose des questions à Raya. J’ai vu beaucoup de discussions, et même si je pense que cet objectif est un catalogue d’erreurs dont il est probablement le moins coupable, cela ne semble pas bon pour lui. Cela peut être dû au positionnement, au timing de son saut, ou à ce genre de finition – qui était très bonne, ne prétendons pas qu’il n’y a pas de qualité de Galeno – qui est fondamentalement une conséquence d’avoir un gardien de but relativement petit.

Comme je l’ai dit, tout cela se passe en seulement 35 secondes. Il y avait de nombreuses choses que nous aurions pu faire différemment, mieux, mais nous ne l’avons tout simplement pas fait. Et même s’il y aura beaucoup de frustration, et à juste titre, face à la performance globale, je suis sûr que l’entraîneur va s’arracher les cheveux à cause du but que nous avons encaissé. Je ne pense même pas qu’on puisse parler d’un manque d’expérience à ce niveau, car cela s’applique à n’importe quel jeu de football auquel vous jouez, mais cela doit quand même être un moment d’apprentissage.

Il convient également de souligner que cela s’est produit quelques secondes seulement après que nous ayons eu une bonne chance à l’autre bout. Gabriel s’est dirigé vers un coup franc de Rice, et même si ce n’était pas comme s’il avait manqué un gardien, avec ses prouesses aériennes, il sera frustré par son effort, j’en suis sûr. Dans une soirée où nous avons très peu façonné, nous n’avons pas non plus profité de nos coups de pied arrêtés.

Arteta après :

Vu la façon dont nous avons donné le ballon trois fois de suite dans cette zone, nous ne pouvons pas le faire. Ne pas gérer assez bien cette situation, et tu es puni en Ligue des Champions

J’ai vu qu’on disait que nous avions joué pour un match nul hier soir, et je n’y crois pas du tout. Avons-nous bien joué ? Non, cela ne fait aucun doute, mais je ne pense pas que nous ne voulions pas gagner – nous n’avons tout simplement pas joué assez bien pour y parvenir. Le niveau était bien en dessous de ce que nous avons vu ces dernières semaines, mais l’opposition était également nettement différente. Porto, des opérateurs astucieux, il est juste de le dire, ont rendu la tâche très difficile pour nous de jouer à travers eux, et malgré la domination de la possession en première mi-temps, nous n’avions vraiment rien à montrer en termes d’occasions. Un certain danger sur les corners alors que les joueurs adverses ne se jetaient pas au sol pour remporter les coups francs que l’arbitre était heureux de leur donner toute la soirée, mais c’était tout.

En vérité, nous avons eu une chance remarquable de ne pas être menés en première mi-temps après l’extraordinaire raté de Galeno. J’utilise ce mot délibérément, car c’était l’un de ceux où il fallait réellement rejouer pour voir ce qui s’était réellement passé. Il a surpris Saliba en train de regarder le ballon, a décoché un tir sur le poteau à bout portant, puis a placé le rebond à l’écart de l’autre poteau encore plus près. Incroyable vraiment.

Odegaard a bourdonné, son mouvement en première mi-temps en particulier était très bon, mais devant lui aucun de Saka, Martinelli, Trossard ou Havertz n’était aussi efficace que nous en avions besoin. Nous avons terminé le match sans aucun tir cadré et les occasions ont été rares. Il y a eu une volée de Trossard au-dessus de la barre sur corner, mais l’arbitre avait déjà sifflé car un joueur de Porto est tombé.

Un joueur de Porto est tombé. Et un joueur de Porto est tombé. Et un joueur de Porto est tombé. Et un joueur de Porto est tombé. Et un joueur de Porto est tombé. Et un joueur de Porto est tombé. Et un joueur de Porto est tombé. Et un joueur de Porto est tombé. Et un joueur de Porto est tombé. Et un joueur de Porto est tombé.

Encore. Et encore. Et encore. Ce qui ne veut pas excuser notre performance, mais elle a atteint des niveaux absurdes. L’arbitre a stoppé un corner lorsqu’un joueur de Porto a ratissé son propre gardien qui, bien sûr, est tombé. Il y en a eu un au fond de leur moitié de terrain lorsqu’un joueur d’Arsenal s’est simplement tenu derrière un joueur de Porto qui vient de tomber et de manipuler le ballon. Coup franc pour Porto. Porto a obtenu un coup franc lorsqu’un de ses joueurs a failli arracher le maillot de Kiwior, mais est tombé. Alors l’arbitre a donné raison. Fou.

Cela dépend autant de l’officiel que de n’importe qui d’autre, mais ce match a eu le temps de jeu le plus bas de tous les matchs de Ligue des Champions cette saison, et c’était très clairement une tactique de Porto. Ça a marché. Ce n’était pas tant la raison pour laquelle nous manquions de fluidité, mais plutôt le fait que toute chance de blesser l’opposition en transition était anéantie par un plongeon bon marché et un arbitre qui était plus que disposé à donner un coup franc pour rien.

Mais en réalité, il en a toujours été ainsi – ce « savoir-faire » continental. Bon retour dans le grand moment, Arsenal. C’est un problème auquel nous allons devoir faire face en Europe, pas seulement à Porto, et nous devons en tirer rapidement des leçons. Ce qui me ramène au sommet. C’est un match qui aurait dû se terminer sur un score de 0-0, mais cela n’a pas été le cas et nous avons désormais un défi à relever pour le match retour. Je pense que c’est un problème auquel nous sommes capables de faire face, surtout chez nous, mais jusqu’à ce que notre bilan en Europe s’améliore, vous pouvez comprendre pourquoi les gens éprouveront une certaine anxiété à ce sujet.

Réflexion finale : ce n’est pas parce que vous ne méritez pas de gagner que vous méritez de perdre. Il y a un juste milieu, et c’est là que j’en suis. Nous nous sommes tiré une balle dans le pied en fin de match, mais nous aurions globalement dû repartir avec un nul. Nous ne l’avons pas fait, c’est de notre faute, mais ce n’est que la mi-temps et nous avons une chance de remettre les choses à plat dans quelques semaines.

Ok, restons-en là pour l’instant. Nous aurons un Arsecast d’après-match pour vous un peu plus tard ce matin, alors gardez un œil sur cela.

Jusque là.