Sélectionner une page

Pendant le Mondial russe, Foot d’Avant se focalise sur d’anciens joueurs qui ont brillé en Coupe du Monde. Aujourd’hui, retour en 1994 avec Aleksandr Mostovoï, l’ex-numéro 10 de la Russie qui étalait toute sa classe une fois sur le terrain. Ceux qui l’ont côtoyé à Caen et Strasbourg dressent son portrait.

 

Lors de la Coupe du Monde 1994 aux États-Unis, la Russie s’est illustrée grâce à Oleg Salenko, meilleur buteur de la compétition avec 6 buts inscrits (ndlr : à égalité avec Hristo Stoichkov). Éliminée dès le premier tour par le Brésil et la Suède, futurs vainqueur et troisième de la World Cup, la Russie a une nouvelle fois montré son potentiel technique notamment grâce au « Tsar » Aleksandr Mostovoï. Sélectionné à 50 reprises sous le maillot russe, sans oublier ses 13 caps du temps de l’URSS de 1990 à 1991, Aleksandr Mostovoï a été un joueur majeur de l’histoire du football russe et sans doute le plus grand au cours des années 90. Un joueur clé également du Spartak Moscou avec qu’il a inscrit 48 buts et remporté deux titres de champion d’URSS en 1987 et 1989.

« Aleksandr Mostovoï fait partie des plus grands joueurs de Caen »

En 1992, l’heure est venu de découvrir un nouveau championnat : le Portugal. Aleksandr Mostovoï enfile le maillot du Benfica Lisbonne, finaliste de la Ligue des Champions deux ans plus tôt. Entre les Aigles et le « Tsar », la mayonnaise ne prend pas et Aleksandr Mostovoï est prêté à Caen pour les six derniers mois de la saison 1993/94. Le meneur de jeu russe a pour mission de remplacer Stéphane Dedebant, victime d’une grave blessure à un genou à Nantes en septembre 1993 alors que le staff de l’équipe de France songeait à l’appeler pour les matchs face à Israël et la Bulgarie. Si en dehors du terrain, Alekandr Mostovoï est perçu comme « quelqu’un de réservé et solitaire » par les joueurs caennais, pas question de montrer des signes de timidité sur le terrain. « J’ai connu de très grands joueurs à Caen comme Xavier Gravelaine, Stéphane Paille, Graham Rix ou Jesper Olsen. Pour moi, Alexandr Mostovoï fait aussi partie des plus grands », confie Christophe Point, joueur historique du Stade Malherbe Caen et désormais formateur.

Un joueur-clé pour Daniel Jeandupeux

Avant son arrivée, Caen était à la lutte pour ne pas descendre. Six mois plus tard, Caen, 16eme, validait son ticket pour la Division 1 la saison suivante. « Je ne le connaissais pas avant son arrivée mais dès les premiers entraînements, j’ai été impressionné par son niveau technique et son talent, se souvient Christophe Point. Il avait d’ailleurs marqué contre Marseille et c’est la première fois que Caen battait l’OM dans son histoire (ndlr : 1-0) ». A l’issue de la saison, le Stade Malherbe ne réussit pas à le conserver. Direction le Racing Club de Strasbourg où il retrouve l’ex-entraîneur normand Daniel Jeandupeux qui n’a jamais caché qu’Aleksandr Mostovoï était l’un des meilleurs joueurs qu’il avait coaché à Caen. Durant ses deux saisons strasbourgeoises, le Russe charmera le public de la Meinau. S’il a marqué 23 buts toutes compétitions confondues, il a notamment été l’artisan du beau parcours du Racing Club de Strasbourg en Coupe de France. Le club alsacien s’est hissé jusqu’en finale avant d’être battu par le PSG (1-0).

« Lors de son premier entraînement avec Strasbourg, je me suis dit : « ouahh, c’est du lourd » »

Wilfried Gohel, ex-attaquant de Strasbourg, a eu un véritable coup de cœur pour Aleksandr Mostovoï. « Je ferai n’importe quoi pour Alex, assure Wilfried Gohel, aujourd’hui gérant du restaurant Le Boucanier à Mandelieu-la-Napoule. C’est un mec simple, correct, droit et qui a le cœur sur la main. Il ne trichait jamais dans tout ce qu’il entreprenait ». Outre l’homme, Wilfried Gohel a aussi été épaté par ses qualités sur le terrain. « Lors de son premier entraînement avec Strasbourg, je me suis dit : « ouahh, c’est du lourd ». Techniquement, il était très au dessus du lot. Sur ce plan, Alexandr Mostovoï est le meilleur joueur que j’ai connu à Strasbourg. C’était un numéro 10 offensif, très intelligent dans le jeu, il avait les yeux derrière la tête et savait tout faire de ses pieds : tirer des coups francs, marquer des buts et garder le ballon quand il le fallait. Aucun de ses gestes n’était superflu, tout ce qu’il faisait était pour le bien de l’équipe. C’est un joueur que tous les attaquants rêvent d’avoir derrière eux ».

« Il aurait pu apporter dans un top club européen »

Après Strasbourg, Aleksandr Mostovoï a marqué la Liga de son empreinte lors des huit saisons passées avec le Celta Vigo. De 1996 à 2004, le Russe a marqué 73 buts pour le club galicien et atteint deux fois les quarts de finale de la Coupe de l’UEFA en 1999 et 2000 (respectivement éliminé par Marseille et Lens). « Je pense qu’il aurait pu apporter énormément dans un top club européen. Son talent n’a pas été mesuré à sa juste valeur », glisse Wilfried Gohel. L’actuel consultant de la télé russe appréciera.

Clément Lemaître

Tu es fan de Strasbourg ? Alors découvre cette belle interview de Denni Conteh

Tu recherches un maillot de foot de la Coupe du Monde ? Commande ton maillot juste ici